Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : Le blog de Frédérique Ramos, poète.
  • : Ce blog a pour objet de partager mon univers artistique: Poésie, Musique, Arts...
  • Contact

Profil

  • Frédérique STERNBERG-RAMOS
  • J'écris de la poésie depuis que j'ai quinze ans: c'est une passion! J'aime chanter (choeurs et chant lyrique au Conservatoire). Je prends aussi plaisir à dessiner et peindre, à lire, à écouter de la musique.
J'aime beaucoup les animaux et tous ces magnifiques paysages que nous offre la nature partout dans le monde...
  • J'écris de la poésie depuis que j'ai quinze ans: c'est une passion! J'aime chanter (choeurs et chant lyrique au Conservatoire). Je prends aussi plaisir à dessiner et peindre, à lire, à écouter de la musique. J'aime beaucoup les animaux et tous ces magnifiques paysages que nous offre la nature partout dans le monde...

CONTES ET RECITS

Recherche

Pages

Liens

/ / /

 Pour écouter, placer la main sur le triangle à gauche.

 

 

 

Extraits de la première partie:   LES  ROYAUMES  TERRESTRES

Dans:    "Hymne au Visage d'Ombre de la TERRE"

 

  4651823445_53214613c2.jpg

 

 Brumes d'aube

 

 

 

Le train passe en rêvant tout au long de la Seine,

Et ses fumées d'argent folâtrent sur les eaux...

Le flot mélancolique doucement se promène,

Et pas un vol d'oiseau ne fait gémir l'écho.

 

 

La brume épaisse, au loin, s'infiltre dans les plaines...

A l'horizon scintillent de fragiles lumières...

Les nuages couleur de vaporeuse laine

Dorment sur les toits gris des paisibles chaumières.

 

 

Les vapeurs noires jailies des cheminées d'usine

Peignent au fond du ciel des ombres de fantômes,

Des enchanteurs Merlin et des fées Mélusine

Dont la magie rayonne mille brillants atomes.

 

 

Le jour très lentement se réveille et s'étire,

Met un peu d'or solaire sur ses vêtements gris.

Les nuages s'estompent, les brumes se déchirent,

Le train poursuit sa route au long du flot qui luit...

 

 

 

 

      """"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

                  """"""""""""""""""""""""""""""""""

 

 

 

4676046182_a34395a495.jpg

 

 

 

 

           Plaintes du soir

 

 

 

Le vent dans les grands pins

Déchaîne mille tempêtes

Et des rumeurs de fête

Et des clameurs sans fin.

 

 

Le vent né des grands pins

Pleurant sa longue plainte

Fait de sa dure étreinte

Trembler tous les jardins.

 

 

J'entends souvent le soir

Toutes ses houles folles

D'où les spectres s'envolent

Hurler sous les pins noirs.

 

 

 

"""""""""""""""""""""""""""""""""

   """""""""""""""""""""""""

 

 

 

 

 

4250916120_bb80a2a0e4.jpg

 

 

 

Vertige de l'âme

 

 

 

Dormir dans un silence,

Dormir dans les bras de la nuit,

Couché en un linceul d'argent,

D'argent comme sont

Les étoiles qui n'existent pas.

Ne plus rien dire au jour,

Ne plus savoir les mots,

Ne plus penser,

Dormir.

 

 

Dormir immensément

Comme dorment la nuit

Les gigantesques cimes des glaciers

Plantées dans le coeur des ténèbres,

Sous les yeux impassibles

Des innombrables galaxies.

 

 

Dormir à l'infini...

 

 

 

 

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

  """"""""""""""""""""""""""""""""""""

 

 

 

397748863_0b98142b93.jpg

 

 

 

              Mélancolie

 

 

Si tu savais comme le violoncelle

Pleure sous le regard vert des feuillages,

Tandis que sous les branches en nacelle

Il songe, effleuré par les grands nuages.

 

 

O la douceur tiède de la musique,

Le parfum des lilas, les herbes molles,

Le ciel de rose et l'heure trop magique

Et tes mélancoliques idées folles...

 

 

Amèrement le désir de mourir

Sous le souffle léger des vents lointains,

Pour éployer tes ailes qui chavirent

Vers l'aube bleue des pays incertains...

 

 

 

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

       """""""""""""""""""""""""""""""""""

 

 

 

4687423560_2fc0371c8d.jpg

 

 

 

 

     Horizon noir

 

 

Le train qui fuit

Sifflant, sautant,

Vers le ciel gris

Des joies d'antan.

 

 

Un arbre luit

Sur l'herbe noire,

Un oiseau crie

Son chant du soir.

 

A l'horizon

Gémit sans trève

Une maison,

Tombeau de rêve.

 

 

 

 

""""""""""""""""""""""""""""""""

    """"""""""""""""""""""""

 

 

4674831109_5954a1bc4a.jpg

 

 

 

 

Poids  du  Temps

 

 

 

L'étang sombre est tranquille

En mon âme pensive,

Les fleurs battent des cils

Sur ses dormantes rives.

 

 

Les sommets sont voilés

Par des nuages gris,

Sous les cieux constellés

Que l'ombre travestit.

 

 

Triste, si triste suis-je

Mélancoliquement,

Que tout l'étang se fige

Et se meurt lentement.

 

 

Vêtues d'un noir manteau

Les heures s'échevèlent,

Mon coeur est un bateau

Que la peine ensorcelle.

 

 

Et c'est un triste ossuaire,

Pâlissament semé

De fleurs  et de calvaires

Et de regards aimés.

 

 

 

 

""""""""""""""""""""""""""""""""""""

   """""""""""""""""""""""""""""

 

 

 

 

4388847465_0f01f843cd.jpg

 

 

Toi, mon frère de misère

 

 

 

 

O toi qui meurs de faim,

Toi que la fièvre oppresse,

Vers toi se tend ma main.

 

 

Toi dont l'amour se glace,

Toi qui tousses et qui râles,

Je souffre de ton mal.

 

 

Toi, mon frère de misère,

Dont le front est levé

Vers un ciel trop muet,

 

 

Je prie pour que la Paix

Et ses navires blancs

Vogue jusqu'en ton âme,

 

 

Pour que te soient offertes

Sa flamboyante Grâce

Et sa tendre Douceur.

 

 

""""""""""""""""""""""""""""""""""

  """"""""""""""""""""""""""""

 

 

 

 

 

 

4703561342_85b2052b50.jpg

 

 

 

Lenteur  du  Temps

 

 

 

Les roses dorment, tel un coeur pourpre dans le vase,

Et le cristal scintille au bord de leurs pétales.

Leur corolle épanouie en une muette extase

Voluptueusement, tel un parfum, s'exhale...

 

 

La pendule qui marche mélancoliquement

Rythme dans le jardin le pas doux de la pluie.

Chaque minute tombe, mourante lentement,

Derrière la vitre pâle où l'eau brillante luit.

 

 

Le silence assoupi dans un vaste fauteuil

Regarde la poussière et le temps qui s'enfuient.

Son ombre transparente que les miroirs recueillent

Glisse vers les jardins sur les allées de buis.

 

 

Le vent qui se balance soupire dans les branches.

Par la fenêtre on voit un coin bleu sous le ciel,

Les roses tièdement dans la maison épanchent

Leur beauté délicate aux teintes irréelles.

 

 

 

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

             """""""""""""""""""""""""""""""""""""""

 

 

4691730498_121a34ca89.jpg

 

 

                       Regret

 

 

Sous les étangs moirés, là se cache ma peine.

Une rose d'automne pâlit sous le soleil.

Dans le boudoir où flottent des parfums de verveine

Je voudrais, châtelaine, ouïr le son d'une vielle...

 

 

Dormir dans un lit blanc de fragile dentelle

Avec un baldaquin qui penche vers le ciel,

A travers le vitrail que le jour échevèle

Mourir tout doucement à l'heure solennelle...

 

 

Avec un diadème en de longs cheveux d'or,

Un vieux livre qui brille dans le creux d'une main,

Un soupir dans le coeur, un portrait qu'on adore

Le visage tourné vers les longs lendemains...

 

 

Un peu d'air pâle qui passe, frais comme les matins,

La vie lente coulant dans la grande demeure,

Le silence posé sur le faîte des pins,

Le bruit de la pendule qui déroule les heures...

 

 

La vielle qui s'égrène harmonieusement,

Parcourant les jardins où dorment les étangs...

Ici rien ne se trouve d'amour ni de serment,

Que fais-je à regretter les vies douces d'antan?

 

 

 

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

            """"""""""""""""""""""""""""""""""""""

 

 

 

4693929518_9399eb4f1b.jpg

 

 

 

                Délires étranges

 

 

 

Le papier s'est brisé

En mille failles blanches

Dont le cristal glacé

Forme un miroir étanche,

Et ses tons irisés ne peuvent s'effacer.

 

 

Les mots se sont perdus

En reflets voyageurs,

Leurs lettres sont vêtues

D'un masque sans couleur,

On ne sait plus traduire

Leurs étranges délires.

 

 

D'une vitre fendue

Tombent de grands éclats,

Avec une main nue

Aux longs doigts délicats,

Silencieusement,

Comme un cri transparent.

 

 

Un vaste jardin mauve

Rayonne son mystère

Vers où les mots se sauvent,

Et les morceaux de verre

Lentement diamantent

La main resplendissante...

 

 

 

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

           """""""""""""""""""""

 

4658964751_0acdc6079f.jpg

 

 

 

      Initiation de douleur

 

 

 

Si tu as entendu, un jour, sur cette terre,

Les violons gémir comme un mort qu'on enterre,

Si tu as parcouru les sombres cimetières

Quand il fait froid et noir et que ton coeur se serre,

 

 

Si tu as vu briser comme un cercueil de verre

Tes tendres illusions, tes songes de Cythère,

Ne maudis ni les dieux ni les hommes, tes frères,

N'enferme pas ton âme en un carcan de fer.

 

 

Traverse sans effroi les brumes des chimères,

Contemple à l'horizon ces blancheurs somptuaires

Dans lesquelles, bientôt, ton être de lumière

Découvrira la Paix qu'aucune ombre n'altère.

 

 

 

 

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

                      """""""""""""""""""""""""

 

 

 

 

DEUXIEME  PARTIE:  LES TEMPLES DE LA LUNE

 

 

           Pays de songe et de mystère

 

 

 

 

 A VENIR....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page
Repost0