Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : Le blog de Frédérique Ramos, poète.
  • : Ce blog a pour objet de partager mon univers artistique: Poésie, Musique, Arts...
  • Contact

Profil

  • Frédérique STERNBERG-RAMOS
  • J'écris de la poésie depuis que j'ai quinze ans: c'est une passion! J'aime chanter (choeurs et chant lyrique au Conservatoire). Je prends aussi plaisir à dessiner et peindre, à lire, à écouter de la musique.
J'aime beaucoup les animaux et tous ces magnifiques paysages que nous offre la nature partout dans le monde...
  • J'écris de la poésie depuis que j'ai quinze ans: c'est une passion! J'aime chanter (choeurs et chant lyrique au Conservatoire). Je prends aussi plaisir à dessiner et peindre, à lire, à écouter de la musique. J'aime beaucoup les animaux et tous ces magnifiques paysages que nous offre la nature partout dans le monde...

CONTES ET RECITS

Recherche

Pages

Liens

15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 12:40

6136114758_40ea6bd8fb.jpg                             LE TRIPTYQUE DE LA MER  

 

                            1.   Devant la mer…

 

                    Enrouler son esprit dans la vague argentée  

             Qui miroite et poudroie son écume diaprée,

             Entendre comme un rêve indistinct et tranquille

             Toutes les voix mêlées des passants qui défilent,

              Suivre le vol précis des mouettes qui se posent

              A la crête de l’eau sur le berceau des flots,

              Ou la trace lamée d’un avion dans les airs

              Ou le mince triangle d’une voile blanche

             Avançant tel un songe au bout de l’horizon,

              Se taire et laisser taire la rumeur  sans fin

              Qui sans cesse envahit notre mental troublé,

               Sentir le goût iodé promené par le vent

               Ecouter le ressac profond, irrégulier,

              Ce grondement qui naît de la Vie primordiale,

              Le cœur de la planète au murmure ancestral,

              Ataraxie de l’âme en harmonie parfaite

              Dont la cadence intime exalte avec ivresse

              L’unité retrouvée de notre être et du monde.

Image associée

 

 

                             2.  Rêverie en bord de mer  

 

 

                                Assis devant la mer,  

 

Nous rêvons, le regard

 

Noyé de bleu lointain…

 

Et sur les galets crissent

 

Les pas des promeneurs…

 

Des troupes de nuages

 

Encerclent le ciel courbe

 

Au rond de l’horizon,

 

Et la houle curieuse

 

Court à l’assaut des vents…

 

Puis chaque instant trépasse

 

Et puis le sable efface

 

Les empreintes humides

 

Qui parlent des humains…

 

La vague se retire

 

Et l’océan respire

 

Maints reflets de soleil…

 

Des pas à nouveau passent

 

Ne laissant nulle trace

 

Sur la jetée dormante

 

Où la nuit va s’éteindre,

 

Une étoile scintille

 

Sur un rouleau d’écume,

 

C’est l’heure du mystère

 

Pour l’eau sombre qui veille.

 

                                Reprenant nos regards,

 

Nous partons vers la ville,

 

Tout dort, tout est tranquille

 

Seul le cœur de la mer

 

Bat son rythme éternel…

 

Résultat de recherche d'images pour "bord de mer"

Résultat de recherche d'images pour "bord de mer"

 

                               3.  Hypocrite dormeuse…  

 

                   Hypocrite dormeuse aux berceuses de vagues,  

             De son air assoupi elle observe la plage

             Et moi je scrute aussi sa surface bien calme,

             A peine une blancheur émerge de son flot,

             Frise mousseuse et tendre aux arômes salins.

             La mer roule en douceur sur le sable mouillé,

             Tel un serpent qui rampe en tordant ses anneaux,

              Elle avance vers nous toujours un peu plus près.

              Le chant de son ressac nous paraît si léger

            Qu’on est loin de penser qu’il peut se transformer

              En un vacarme énorme aux sons assourdissants

           Quand le flux furibond monte à l’assaut des terres.

               Hypocrite charmeuse aux reflets d’or marin,

               Je l’ai vue se changer en noire enchanteresse

               Devenir une forme aux géants tentacules

               Encerclant sans pitié les phares protecteurs.

               Et je l’ai vue grimper sur les bateaux perdus

               Puis gagner le rivage et submerger les digues

               Détruisant en chemin ce qui lui fait obstacle.

                La voici dans la ville envahissant les rues,

       Entrant dans les maisons comme on force un donjon,

             Tuant tout sur son passage, animal ou humain.

                Son eau glacée s’installe à la place des hommes,

                 Partout c’est la détresse et l’ébahissement

                 Car elle est devenue la traîtresse ennemie

                 Qui ose résilier sans le moindre scrupule

                 Son tacite contrat de fidèle amitié.

                 Hypocrite danseuse, ondulante sirène,

                 Elle sait bien séduire, endormir nos méfiances

                 Avec sa valse lente aux tempos élégants,

                 Sa houle hypnotisante où notre âme se perd,

                 On ne parle que d’elle et même on la vénère.

                 Moi, je ne suis pas dupe, assise sur un banc

                  Face à son horizon qui ondule en riant,

             Je contemple d’un œil comblé mais soupçonneux,

              Son magnifique et rutilant manteau d’eau bleue,

         Sachant que loin, très loin dans ses abysses sombres

                 Son instinct meurtrier pourrait se réveiller…

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires