Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : Le blog de Frédérique Ramos, poète.
  • : Ce blog a pour objet de partager mon univers artistique: Poésie, Musique, Arts...
  • Contact

Profil

  • Frédérique STERNBERG-RAMOS
  • J'écris de la poésie depuis que j'ai quinze ans: c'est une passion! J'aime chanter (choeurs et chant lyrique au Conservatoire). Je prends aussi plaisir à dessiner et peindre, à lire, à écouter de la musique.
J'aime beaucoup les animaux et tous ces magnifiques paysages que nous offre la nature partout dans le monde...
  • J'écris de la poésie depuis que j'ai quinze ans: c'est une passion! J'aime chanter (choeurs et chant lyrique au Conservatoire). Je prends aussi plaisir à dessiner et peindre, à lire, à écouter de la musique. J'aime beaucoup les animaux et tous ces magnifiques paysages que nous offre la nature partout dans le monde...

CONTES ET RECITS

Recherche

Pages

Liens

17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 17:05
Résultat de recherche d'images pour "livre broché"
 
 
On a tant parlé d’eux…

On a tant parlé d’eux que je n’ose plus guère
Essayer d’expliquer leurs étonnants mystères…
Ils ont depuis des âges presque immémoriaux
Fasciné notre esprit et comblé notre cœur.
De nos jours, il arrive - et c’est un grand malheur-
Que l’on puisse oublier leur précieuse existence
Comme s’il suffisait de jouer sur des écrans
Pour que meure à jamais leur sagesse d’antan !
Les livres près de nous sont un frère, un ami,
Toujours présents par les jours de mélancolie,
Il
s offrent un savoir ou font s’enfuir l’ennui,
L’âme y puise un plaisir qu’on ne saurait décrire,
Capable d’atténuer les épreuves subies.
Ils parlent du réel ou de l’imaginaire
D’énigmes, d’aventure ou de psychologie,
Si vaste est leur empire aux mille et un royaumes
Qu’on ne pourra jamais en clore les frontières !
Rien que toucher des doigts leurs feuillets de papier
Nous donne l’avant-goût d’une sensuelle joie
Car ils crissent, frémissent et semblent respirer
Sous le souffle léger de la main qui les tient
Et qui tourne la page avec un geste doux.
Imprimés noir sur blanc, ornementés parfois
De dessins chamarrés ou de gravures fines,
Ils captivent encore un peu plus le regard…
Aujourd’hui, on le sait, la plupart d’entre nous
Ne peuvent se passer de leurs précieux portables,
Alors, n’oublions pas, dans cette démesure,
De laisser une place aux livres de papier
Qu’il fait si bon 
ouvrir, respirer et toucher
Pour en sentir la pâte humaine et végétale,
Cette magie si douce issue des temps passés !
Partager cet article
Repost0

commentaires